Les migrateurs sont arrivés les premiers à la conférence des oiseaux. Solitaires ou en petits groupes, ils sont tous éveillés ainsi qu’en témoigne leur œil de pharaon grand ouvert de face et de profil, l’œil d’argent à l’annelet de sable et au spiral du même, mouvant du cœur, dirait l’héraldiste. Leur éveil égale leur vigilance, cette pierre arrondie que la grue tient dans sa patte droite quand elle veille sur un pied, pierre qui tombe si elle relâche sa veille et s’endort. Peints en deux ou trois couleurs dont l’équilibre est régi par l’encre de Chine d’un noir d’ivoire qui en ordonnance les aplats comme fait le plomb dans les vitraux, ils sont la flamboyance qui brûle dans la nuit à l’extérieur de la chapelle et l’irradiance qui éblouit leur entrée dans la salle des lumières du Simorgh avec leurs suites de poissons à l’oeil du même, de fougères et de feuilles du marais …
                                                                                                                                                                                 
   
                                                                                                                                                                                                                                                     A rch
ibald, barde de Panmarc'h